Mis en examen le 27 juillet 2012 par un juge d'instruction de Metz pour "détournement de biens publics" et "prise illégale d'intérêts". François Grosdidier est soupçonné de divers "petits arrangements comme
usage privé des voitures de service de la mairie, subventions allouées à des associations proches de certains adjoints, siège de la permanence parlementaire de François Grosdidier dans les locaux de la mairie. Cette mise en examen fait suite à une plainte déposée en 2004.
(source)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top