Mise en examen en juillet 2000 pour manoeuvre frauduleuse ayant porté atteinte à la sincérité du scrutin.
Condamnée en 2009 dans l'affaire des faux électeurs de la Mairie du 5ème arrondissement de Paris, à 10 mois avec sursis, 3000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité contre Anne-Marie Affret. 
(source) (source)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top