Mis en examen en juillet 2011 pour "diffamation publique", il avait utilisé à son l'encontre de Mediapart "méthodes fascistes" dans l'affaire Woerth-Bettencourt, désignant de façon transparente Mediapart comme "un site" ayant recours à des "écoutes totalement illégales" et à des "rumeurs".
(source)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top