Condamné en Janvier 2004 à deux ans de prison avec sursis et deux ans d’inéligibilité, pour prise illégale d'intérêts, faux et usage de faux en écriture publique (transmission de faux comptes-rendus de conseil à la préfecture au sujet d’une subvention attribuée à sa fille) et favoritisme (notamment de l’entreprise de BTP gérée par l’un de ses fils).
Condamnation confirmé en appel en juin 2005, puis par la cours de cassation en 2006.
(source)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top