Condamné en 2003 en première instance par le tribunal correctionnel de Nanterre à 1 500 euros d'amende pour « images vexatoires et empreintes de mépris visant à abaisser et ridiculiser […] de façon publique » l'élue communiste Annie Mandois qu'il avait accusé, lors d'un conseil municipal, d'avoir utilisé des fonds publics dans l'intérêt d'un parti politique ou pour son intérêt personnel.
Cour d'appel de Versailles le reconnaît coupable, en mars 2004, de diffamation et d'injures envers Annie Mandois et le condamne à verser 1 500 euros de dommages et intérêts plus 1 000 euros pour préjudice moral
(source) (source)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top