Affaire de la MNEF
Mis en examen en juin 2000, car soupçonné d'avoir bénéficié d'un emploi fictif au sein de la mutuelle étudiante MNEF entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros).

En juin 2006, reconnu « coupable de recel d'abus de confiance », il est condamné, à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende, dans l'affaire des emplois fictifs de la MNEF, par la 11 chambre du tribunal correctionnel de Paris.
Cette peine n'est assortie d'aucune interdiction d'exercer un mandat politique.
(source)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top