En janvier 1996, la Cour d'appel le condamne à deux ans (contre trois ans et demi en première instance) de prison ferme et un million de francs d'amende pour abus de biens sociaux et corruption dans le scandale de la Serel, société spécialisée dans la signalisation et la régulation routière.
Entre 1986 et 1990, Jacques Médecin avait reçu près de quatre millions de francs de pots-de-vin du président-directeur général de la Serel .
Pourtant, Jacques Médecin s'enfuiera en Uruguay avant d'avoir purgé ces condamnations.
(source)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top